La nycturie : quelles causes, quel traitement ?

Dernière mise à jour: 30.11.22

 

Aller aux toilettes avant d’aller se coucher est un rituel que nous avons tous l’habitude de suivre depuis notre enfance. Mais il y a des cas où certaines personnes ressentent constamment le besoin d’uriner la nuit. Vous aussi ? Vous souffrez probablement de nycturie. Sachez que près de 70 % des personnes âgées de plus de 60 ans en souffrent. Plusieurs en sont les causes, mais rassurez-vous, des traitements existent aussi.

 

Définition

La nycturie se définit comme étant une envie fréquente d’uriner sans infection urinaire. Et selon l’International continence Society, chaque miction est précédée et est suivie d’une période de sommeil. Mais selon les praticiens, on ne peut pas dire qu’une personne souffre de cette maladie si elle se réveille seulement une fois par nuit pour aller aux toilettes. Dans ce genre de cas, il s’agit de pollakiurie nocturne.

On ne parle de nycturie qu’à partir de deux réveils par nuit. En général, elle se manifeste chez les adultes atteints d’une pathologie des reins, ce qui entraîne une insuffisance rénale. Elle se manifeste aussi chez les hommes atteints d’hypertrophie bénigne de la prostate et même chez les enfants qui sont en cours d’acquisition de la propreté.

Causes

Le fait d’uriner souvent au cours de la nuit, selon les experts de santé, est considéré comme étant multifactoriel. Pourquoi ? Parce que cette maladie peut être liée avec plusieurs mécanismes physiopathologiques dont les trois principaux sont : la polyurie globale, la polyurie nocturne et la réduction du volume mictionnel.

La polyurie globale correspond à la production excessive d’urine. Elle peut être liée à un diabète sucré, c’est-à-dire une maladie qui se caractérise par un taux de sucre élevé dans le sang. Elle peut aussi être liée à un diabète insipide qui se caractérise par une production excessive d’urine suite à une soif intense. La polyurie peut également être en accord avec une potomanie qui se manifeste par une sensation de soif intense et permanente à l’instar du diabète insipide.

La polyurie nocturne, quant à elle, peut être liée à différentes modifications physiologiques du corps liées au vieillissement. Elle peut également être consécutive à des lésions neurologiques, une insuffisance rénale, une insuffisance hépatique ainsi qu’une insuffisance cardiaque.

En ce qui concerne la réduction du volume mictionnel maximal, elle est souvent reliée à : la prostatite, la cystite, un calcul vésical, une pathologie neurologique telle que le parkinson ainsi qu’à une tumeur vésicale.

En dehors de ces mécanismes physiopathologiques, l’envie fréquente d’uriner, chez la gent féminine, peut aussi être synonyme de début de grossesse. Dans cette optique, il ne s’agit pas d’une maladie.

 

Symptômes

Comme vous l’aurez certainement remarqué, cette maladie se caractérise par une envie d’uriner souvent. Le symptôme le plus fréquent est le trouble du sommeil. Le besoin d’uriner la nuit impacte grandement la qualité du sommeil et la récupération se retrouve souvent affectée.

En conséquence, ce manque de repos va se faire ressentir sur les activités quotidiennes : fatigue, somnolence, faiblesse, troubles de la vigilance, perte de concentration… Chez les personnes d’un certain âge, cette maladie peut aussi être associée à différents symptômes urinaires pour ne citer que des brûlures à la miction, du sang dans les urines, etc.

 

Nycturie et apnée du sommeil

On a tendance à penser qu’il y a un lien entre le fait qu’une personne qui urine souvent et l’apnée du sommeil. Mais il s’agit d’un diagnostic différentiel. Une personne sujette à une apnée du sommeil peut se réveiller par simple réflexe la nuit et va ensuite se rendre aux toilettes pour se vider la vessie. Dans cette optique, il est important de noter que ce n’est pas l’envie d’uriner qui entraîne le réveil, mais bien l’apnée du sommeil.

 

Les conséquences

Les conséquences de cette maladie ne sont pas minimes. D’un côté, il y a la perte importante de la qualité du sommeil, générant par la suite la fatigue et la somnolence. Chez les jeunes enfants, la conséquence est liée au fait de mouiller leur couette à cause du fait de ne pas avoir pu se lever assez rapidement pour aller aux toilettes. Chez les personnes âgées, les conséquences sont plus graves. Le besoin fréquent d’uriner pendant la nuit peut engendrer des chutes nocturnes, des fractures, des troubles de l’humeur et de la somnolence.

 

Diagnostic

Une personne qui ressent souvent le besoin d’uriner devra impérativement se rendre chez son médecin traitant ou un centre de soin spécialisé. Une fois sur place, une évaluation des antécédents médicaux du patient sera réalisée ainsi que les apports hydriques. Des examens complémentaires seront également réalisés tels que : la mesure de la tension artérielle et l’auscultation cardio-pulmonaire. Des analyses du sang et de l’urine ainsi qu’un établissement d’un calendrier mictionnel seront aussi au rendez-vous.

Traitement pour ne plus uriner la nuit

Il faut savoir que le traitement va varier en fonction du diagnostic établi. Ensuite, le médecin traitant du patient pourra avoir recours à des anticholinergiques ou à la desmopressine. Les anticholinergiques sont des traitements qui ont pour but de bloquer les contractions de la vessie

La desmopressine, une sorte de médicament anti-nycturie, agit comme étant une hormone antidiurétique. Si ces traitements médicamenteux ne fonctionnent pas, dans ce cas, il faudra avoir recours à un traitement chirurgical. Mis à part ces soins, il est tout aussi conseillé par les spécialistes d’avancer l’heure du repas le soir et de réduire tous ceux qui peuvent irriter la vessie : tabac, café, excès de sel, plats épicés… Il est aussi important de changer les mauvaises habitudes alimentaires en diminuant les apports en boisson à partir de 17 heures.

Maintenant que vous en savez plus sur cette maladie, il est temps d’être à l’écoute de votre corps. Même si vous n’avez pas encore atteint la soixantaine, sachez que vous pouvez être sujet à cette maladie. Alors, si vous avez constaté que vous vous êtes réveillé plusieurs fois dans la nuit, et ce, pendant plusieurs jours de suite, n’hésitez pas à consulter un spécialiste. 

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES