Pourquoi mon bébé pleure en dormant ?

Dernière mise à jour: 01.10.22

 

Le sommeil d’un bébé est un des centres de préoccupations des parents. On se demande s’ils dorment suffisamment ou même un peu trop. L’inquiétude est d’autant plus accentuée si ce sommeil est souvent perturbé par des pleurs au beau milieu de la nuit. Souvent, ce trouble est causé par des angoisses ou des cauchemars, ou un simple besoin d’affection. On vous dit tout dans nos prochains paragraphes.

 

Les raisons qui poussent bébé à pleurer dans son sommeil

Pendant ses premières années, et précisément entre 9 mois et 3 ans, il est très fréquent qu’un bébé grogne, sanglote, ou émette des bruits étranges dans son sommeil. Il n’y a donc aucune raison de s’alarmer, car il s’agit d’un processus tout à fait normal. Effectivement, un enfant de bas-âge n’a pas le même cycle de sommeil que celui d’un adulte. De ce fait, il peut enchaîner une phase de sommeil calme à une autre beaucoup plus agitée. Et même en étant très fatigués, les bébés ont du mal à se rendormir. Mais qu’est-ce qui explique le fait qu’un bébé puisse pleurer dans son sommeil ?

 – Les cauchemars

Même s’il ne peut pas encore parler, un bébé peut faire de mauvais rêves la nuit, en fonction de son expérience de la journée. Ils apparaissent souvent vers l’âge d’un an ou même un peu plus tôt, vers 18 mois. Souvent, le cauchemar d’un bébé s’apparente au départ d’un parent, à des peurs imaginaires incluant le noir, les sorcières ou les monstres. Mais aucune inquiétude, car cette phase est normale et même nécessaire dans le développement psychoaffectif d’un enfant. Avant l’âge de 3 ans, il faut savoir qu’un enfant a du mal à faire la différence entre un rêve et la réalité. Le cauchemar d’un bébé peut durer jusqu’à 20 minutes, où il peut même avoir les yeux ouverts ou se réveiller en pleurant. Un phénomène beaucoup plus impressionnant que inquiétant !

Par contre, si les cauchemars deviennent plus violents, et paniquent l’enfant de manière trop récurrente, il faudra s’adresser à un spécialiste. Celui-ci pourra confirmer s’il s’agit d’une simple phase passagère ou le signe d’une grosse émotion cachée.

 – Un besoin de contact physique

Quand un bébé s’endort, il oublie très vite que vous êtes encore à proximité. Dès le moindre petit réveil donc, il est angoissé et veut s’assurer que vous êtes toujours là. C’est évidemment à travers des sanglots et des pleurs qu’il extériorise ses émotions. Souvent, il suffit d’un petit toucher ou d’un bercement pour le replonger dans un profond sommeil.

 – Les petites maladies

Un bébé qui pleure dans son sommeil peut également signaler quelque chose de plus grave. L’enfant peut être sujet à des poussées dentaires, des coliques ou encore subir une mauvaise digestion. Dès que les cris et les pleurs s’intensifient, il vous faudra être très attentif aux signaux. Surtout, si le bébé a l’habitude de dormir paisiblement et que ses pleurs apparaissent soudainement, c’est que quelque chose ne va pas. Dans ce cas, prévoyez rapidement des solutions d’urgence comme l’installation d’un rehausseur sous sa tête, ou de l’huile de coco pour les massages du ventre et du dos. Si la situation ne se calme pas, contactez un pédiatre.

 – Signe d’inconfort

Bébé pleure en dormant ? Vérifiez s’il est bien couché et qu’il est confortablement installé. Il faut justement retenir qu’un bébé est encore très sensible aux changements de température, ce qui peut le déstabiliser pendant son sommeil. Cette température doit donc être comprise entre 18 et 20 °C. Utilisez des équipements uniquement hypoallergéniques, en coton pour le choix de ses couvertures et taies d’oreillers. Ses vêtements doivent être adaptés à la saison en cours, ce qui signifie que vous devez éviter les couvertures trop épaisses. Le matin, n’oubliez pas de bien aérer sa chambre pour éviter la prolifération des bactéries.

Autres causes probables : le bébé peut avoir faim ou soif. S’il est allaité, lui donner le sein suffira à le calmer. Si pendant le dîner, vous remarquez qu’il a moins mangé que d’habitude, vous comprendrez donc qu’il peut avoir faim au milieu de la nuit.

 – Les mauvaises habitudes de couchage

Si à chaque fois qu’il gémit, vous courez à son secours, le bébé peut vite développer un sentiment de dépendance. À moins qu’il ne crie anormalement, le mieux est de laisser une chance au bébé de se calmer et de se rendormir tout seul. Dans le cas contraire, un simple changement de position peut l’amener à demander votre présence. Le prendre dans vos bras ne fera qu’accentuer le problème, et perturber son sommeil en parallèle.

 

Le bon
Le mauvais
Conclusion
Prix

 

Bébé pleure en dormant : comment prévenir ?

Adopter un bon rituel du coucher est la première solution qui marche pour calmer un bébé qui pleure beaucoup dans son sommeil. Pour procéder, donnez d’abord une sensation de sécurité à l’enfant en optant pour un décor familier et rassurant dans sa chambre. Avant le dîner, faites-lui prendre un bon bain, accompagnez-le jusqu’à son lit et racontez-lui une histoire ou faites-lui des câlins, avant de le laisser s’endormir tout seul. À partir de ses 2 ans, vous pouvez le recouvrir d’une couverture polaire s’il fait légèrement plus froid que d’habitude.

Soir après soir, le rituel doit être identique, et à la même heure ! Attention, faites en sorte que le rituel ne dure pas trop longtemps pour ne pas vous décourager par la suite. Éventuellement, n’oubliez pas de le laisser dans la pénombre, mais accompagné d’une veilleuse et d’une berceuse pour mieux le rassurer. Ce rituel peut être adopté vers l’âge de 3 à 6 mois, dès que le bébé commence à différencier le jour et la nuit. Dans tous les cas, le but est de faire comprendre au bébé que la nuit est faite pour dormir.

Toujours dans le même langage, rythmez les journées du bébé pendant la journée pour qu’il puisse bien dépenser son énergie. S’il fait une sieste, laissez passer une petite lueur du jour et n’ayez pas peur de faire du bruit pour que son cycle du soir ne soit pas dérangé par une trop longue sieste.

 

Bébé pleure en dormant : quand s’inquiéter ?

Si le bébé gémit en dormant, ou hurle plus fort que d’habitudes, c’est que quelque chose cloche ! Souvent, il peut sursauter, et même commencer à trembler. La présence de fièvre doit rapidement vous donner l’alarme quant à l’apparition d’une quelconque infection. Est-ce qu’il est inconsolable même dans vos bras ? A-t-il des difficultés à respirer ou son comportement est-il inhabituel ? Ce sont là tous des signes inquiétants, indiquant que vous devez rapidement contacter un médecin. Heureusement, les parents apprennent graduellement à évaluer la gravité des pleurs de leur bébé et à agir en conséquence.

D’un autre côté, si les terreurs nocturnes s’intensifient avec le temps, les pleurs du bébé le soir peuvent également se faire de plus en plus fréquemment. Notamment, si le bébé se réveille en pleurant et en pleine panique, songez à demander l’avis d’un spécialiste qui saura interpréter ce genre de trouble.

Bébé pleure dans son sommeil : comment y remédier ?

La première chose à faire est de savoir faire la différence entre un sommeil agité et un réveil du bébé. Dans le premier cas, il ne faudra pas agir comme si l’enfant est déjà réveillé, car vous risquez encore plus de perturber son sommeil. Patientez donc et observez avant d’intervenir, car le bébé peut se calmer par lui-même au bout d’une dizaine de minutes. Si malgré tout, les gémissements continuent, évitez de le réveiller, mais touchez délicatement sa main pour le rassurer. Surtout, n’allumez pas la lumière et assurez-vous que l’ambiance reste propice au coucher.

Si en outre, vous remarquez que le bébé pleure et fait souvent des cauchemars la nuit, essayez de communiquer avec lui pendant la journée. Même s’il ne parle pas encore, il peut comprendre des mots saccadés et bien articulés. Énoncez les mots comme « crèche », « tomber », ou « bobo », qui ont été susceptibles de le déranger, et qui peuvent ensuite se transformer en cauchemar la nuit. S’il sursaute à un mot, son cerveau va pouvoir gérer proprement cette phase.

Il est tout aussi important de rester patient face à un bébé qui pleure dans son sommeil. Dans certains cas, cela peut résulter d’un changement brusque dans sa vie comme un déménagement, un long voyage ou des tensions familiales. L’important est de rester à l’écoute de ses besoins. Souvent, un bébé qui pleure beaucoup a également du mal à trouver son rythme de sommeil, et c’est pourquoi vous devez être assez souple. Comme chez les adultes, les enfants peuvent être couche-tôt ou couche-tard tout simplement. Mais dès le moindre signe d’endormissement, activez le rituel auquel vous l’avez déjà habitué et ne tardez pas à le mettre au lit. 

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES