Comment guérir quand on a peur du noir ?

Dernière mise à jour: 01.12.22

 

La peur du noir, on a tendance à l’associer à des enfants. Et pourtant, cette angoisse est plutôt commune chez les adultes, qui eux, n’aiment pas trop aborder le sujet. Si elle devient toutefois pathologique alors elle prend le nom de l’achluophobie dont les sources remontent souvent à des traumatismes ou de la peur d’abandons. Heureusement, il existe quelques astuces qui permettent de mieux gérer cette phobie.

 

Les origines de la peur du noir

Cette angoisse est tellement commune que plusieurs chansons comme celui d’Aldebert j’ai peur du noir en raconte le phénomène. Dans ses paroles toutefois, le chanteur parle de l’inquiétude d’un enfant face au noir. Et pourtant, il faut savoir que plusieurs adultes sont également touchés par cette terreur. Mais pourquoi demanderiez-vous ?

La peur du noir fait surtout référence à l’angoisse sur ce que l’obscurité peut cacher. Une fois notre vision altérée, la réalité fait rapidement place à l’imaginaire et tous les autres sens sont en éveil. Le noir évoque justement le vide, le silence, et la solitude. C’est cette association de l’obscurité au danger qui mène surtout les victimes à avoir peur du noir.

Par exemple, si vous avez peur que l’on vous cambriole dès que les lumières sont éteintes, ce n’est pas du noir dont vous avez peur, mais plutôt des voleurs. De même que si vous avez peur des esprits. Une association d’idées, d’ailleurs à la base de presque toutes les phobies, qui peut commencer dès le plus jeune âge et perdurer longtemps jusqu’à l’âge adulte.

Plusieurs études démontrent que des traumatismes vécus dans l’enfance peuvent également être source de cette crainte. Des scientifiques en Nouvelle-Zélande expliquent justement que selon leurs recherches, plus un enfant vit dans un environnement conflictuel, plus il risque d’avoir des troubles du sommeil une fois adulte.

Dans certains cas, l’angoisse de séparation chez l’adulte cause également cette crainte du noir. Il peut apparaître suite à une mauvaise expérience de rupture, de perte ou encore de deuil. En outre, la peur du noir apparait souvent chez les victimes de cambriolage, mais de manière temporaire selon des études. Il faut également retenir que la sélection naturelle impose cet instinct de survie, de sorte à rendre les hommes plus prudents quand il n’y a pas de lumière.

 

La phobie du noir

Avoir peur du noir est une chose, mais en avoir la phobie est totalement différent. Abdelkader Mokeddem, psychologue, souligne qu’on parle de phobie dès que cette peur commence à impacter sur notre liberté. Si la personne appréhende donc d’aller aux toilettes la nuit ou de se déplacer vers sa voiture seule, c’est là que la situation devient grave. En effet, la crainte intense du noir entraine des répercussions plus ou moins graves chez le concerné. 

La victime peut s’imposer un rituel avant le coucher pour vérifier et revérifier ses portes ou encore ses placards. Dans certains cas, un aménagement particulier est même nécessaire pour mieux dormir la nuit : changement de chambre, installation de veilleuse pour adulte, aménagement des portes et fenêtres…

Connue sous le nom de nyctophobie, cette phobie se manifeste sur 02 niveaux où la personne pense encore tout maîtriser et rationaliser pendant la 1re étape. Ce n’est que vers le second niveau qu’elle perd pied et que l’angoisse déborde totalement ses émotions. Ce qui est le plus problématique, c’est que les victimes adultes de cette peur de dormir dans le noir n’en parlent généralement pas. Effectivement, cette angoisse est source d’embarras pour plusieurs, et donc presque jamais apaisée.

 

J’ai peur du noir : comment le combattre ?

Comme il est le cas avec plusieurs angoisses, la peur du noir chez l’adulte peut également être maitrisée. Bien qu’il n’existe pas de solution miracle, apaiser la crainte est tout à fait possible. Les psychologues recommandent particulièrement la méditation et les exercices de respiration. Évitez également de bouleverser vos horaires de sommeil en essayant de ne pas dormir pendant la journée. Au contraire, il est important de pratiquer plusieurs activités pour mieux se dépenser pendant le jour, pour dormir facilement la nuit.

Autre astuce intéressante : l’installation des lampes de luminothérapie pour avoir une source de lumière, qui est d’autant plus meilleure pour la santé. Lire est également un excellent moyen de se détendre juste avant le coucher. Une autre méthode de plus en plus adoptée : la thérapie par immersion qui consiste à justement plonger la personne dans le noir pour qu’elle apprenne à respirer correctement et à mieux accepter la situation. Un exercice qui doit toutefois se faire doucement et progressivement pour ne pas encore empirer la phobie.

Avant d’enfiler votre chemise de nuit, prenez une douche bien chaude, évitez les écrans et pensez à des images ou souvenirs positifs. Faire du yoga est également souvent conseillé pour combattre ce type de problème dans la mesure où cette activité permet de mieux dominer ses émotions.

Si toutefois, la peur du noir persiste alors il devient important de consulter un psychologue. Celui-ci se chargera d’identifier les causes profondes de cette angoisse pour mieux l’aborder, et mieux le combattre.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES