Dormir à long terme sur un matelas gonflable – oui ou non ?

Dernière mise à jour: 30.11.22

 

Comparé à la version classique, le lit gonflable avantage ceux qui veulent un équipement pratique et économique. Si bien que de plus en plus de personnes l’utilisent comme couchette définitive à la maison et pas seulement pour le camping. Si l’idée vous tente, nous vous exposons ici les bons et les mauvais côtés.

 

Les avantages d’avoir un lit gonflable chez soi

Le lit gonflable s’avère une solution économique pour équiper sa chambre à coucher à moindre coût. En effet, il nous épargne de nous procurer un sommier et la tête de lit qui va avec, bref une structure complète qui ne coûte pas toujours bonbon. En effet, la plupart du temps, il faut avoir plus d’une centaine d’euros pour pouvoir s’offrir un cadre de lit de qualité et qui nous dure dans le temps. Le prix de certains grimpe même jusqu’à 600 euros. Alors qu’un modèle gonflable revient à une soixantaine d’euros environ, soit le dixième de la valeur de la version traditionnelle.

Ça ne veut pas dire pour autant que vous devez vous rompre le dos à chaque fois que vous vous assoirez ou vous allongerez dessus. La plupart des matelas gonflables disposent aujourd’hui d’une hauteur suffisante, voire la même que les lits d’antan afin de vous procurer le maximum de confort possible.

Pour recevoir des invités alors que vous vivez dans un minuscule appartement, c’est vraiment pratique. Dégonflé, le produit ne prend pas beaucoup de place. Et il vous suffit d’activer la pompe quelques minutes et vous pourrez vous coucher. Ne pensez pas qu’il vous sera pénible de trouver des linges de lit adaptés à ce genre de matelas. Ce dernier se présente dans des dimensions standards.

Pour faire le ménage ou le déplacer, si vous n’avez pas envie de le dégonfler, vous n’avez aucun mal à le soulever pour aspirer en dessous ou sur les côtés, vu sa légèreté. D’ailleurs, beaucoup s’en servent afin de profiter du soleil dans le jardin, mais aussi dans la voiture, en randonnée et dans d’autres circonstances diverses. L’entretien du matelas amoindrit nos efforts par rapport au modèle classique aussi. Pour y arriver sans peine, on le dégonfle.

 

 

Les points noirs

Avec un matelas gonflable, on doit toujours faire plus attention (à ne pas fumer dessus et à l’éloigner de tout objet tranchant). Certes, les fabricants conçoivent des revêtements de plus en plus résistants, mais il ne faut pas tenter le diable.

Attention, il ne s’agit pas non plus de prendre n’importe quel modèle sur lequel vous tomberez. Si l’on en recherche un au rapport qualité-prix avantageux, il faut considérer tous les aspects du lit. Certaines marques accompagnent naturellement leurs produits du système de gonflage ainsi qu’une housse de transport alors que d’autres non.

Outre ces éléments, il vous faut aussi un tapis de sol afin de limiter le bruit que pourrait faire le matelas sur un plancher en bois ou en carreaux. Dans le cas d’une moquette, la question ne se pose plus.

D’un point de vue objectif, rares sont les matelas gonflables qui vous tiennent aussi longtemps que les classiques, à savoir 5 ou 10 ans. Sa durée de vie se rallonge ou raccourcit en fonction du traitement que vous lui infligez aussi.

 

Le bon
Le mauvais
Conclusion
Prix

 

Comment s’y retrouver sur les comparatifs de prix ?

Il existe plusieurs éléments à voir avant de se décider à en commander. La taille est à étudier en dernier, car généralement, les matelas remplis d’air se déclinent en une et deux places standards (90 cm*190 cm pour les premiers et 140-160-180 cm *200 cm pour les seconds)

Orientez davantage votre attention sur l’épaisseur et la nature des composants. Sur ce point, Intex se place en pole position par rapport à d’autres marques avec ses modèles de 50 cm. Si c’est pour dormir tous les jours chez vous un bon moment, écartez tout de suite les exemplaires de 25 cm et moins. Un spécimen bien dense constitue une barrière efficace contre le froid provenant du sol. Si vous n’êtes pas sûr, vous pouvez toujours rajouter un surmatelas.

Parlons du revêtement. Il en existe en PVC résistant ou encore en Velours. De nouveaux matériaux font leur apparition sur le marché, à savoir les fibres Fiber-Tech d’Intex, toujours, considérées comme plus aériennes, mais solides par rapport aux précédents.

Ensuite, prêtez attention au système de gonflage. Certains trouvent l’opération plus confortable avec les pieds plutôt qu’avec les mains. Ceux qui veulent n’avoir rien à faire peuvent se reposer sur lesdits autogonflants. En camping, ça vous allège drôlement. En général, vous n’avez pas non plus à vous inquiéter du poids maximal supporté par le matelas, car la plupart tolèrent jusqu’à plus de 200 kg. On peut donc facilement y dormir à trois sans souci. Outre les accessoires déjà mentionnés plus haut, les plus chanceux peuvent tomber sur des produits vendus avec un oreiller adapté comme ceux d’Active Era.

 

 

Comment s’en servir au quotidien ?

Au moment de le gonfler déjà, il faut prendre ses précautions. Pas assez, votre dos en pâtira, un peu trop et le matelas risque de ne pas faire long feu. Tâchez donc de trouver le juste milieu entre les deux. Une fois que vous l’avez rempli à 90 %, vous pouvez vous arrêter. Retournez-le régulièrement comme avec un vrai lit toujours dans l’optique d’en profiter le plus longtemps possible, de haut en bas et sur les deux faces.

Lorsque vient l’heure de le vider de son air, allez-y doucement et progressivement. Évacuez l’air sur chaque centimètre en marchant dessus si nécessaire. Ensuite, vous enroulerez votre matelas sur lui-même ou le plierez selon vos ressentis. Sur certains articles, vous n’avez pas à attendre longtemps pour pouvoir les classer. Ils intègrent une double valve grâce à laquelle on les aplatit en quelques minutes chrono.

Il va bien sûr de soi de l’habiller comme un vrai lit, c’est-à-dire avec tout le lot de couvre-lit, de draps, de plaids ou de couvertures et les oreillers assortis. Votre couchette ne se tachera pas facilement dans ce cas.

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES