Insomnie et grossesse : comment guérir ?

Dernière mise à jour: 30.11.22

 

La période de grossesse entraîne irrémédiablement un changement marquant dans la vie d’une femme. Mais avant d’arriver au stade de mère accomplie, quelques petits désagréments peuvent venir ponctuer cette transition. La difficulté principale se manifeste généralement par des crises d’insomnies. Heureusement, de nombreuses solutions existent, sans devoir recourir aux médicaments.

 

Déterminez les causes de l’insomnie

Chaque période composant les neuf mois de grossesse apporte à sa manière une façon de troubler le déroulement de la vie d’une femme. Bien que tout soit généralement mis sur le dos des hormones, d’autres facteurs interviennent également, en l’occurrence les nuits blanches et les périodes sans sommeil, même si elle dort sur un surmatelas à mémoire de forme. Celles-ci ne surviennent cependant pas pour les mêmes raisons. Afin de traiter le problème de la meilleure façon, il est alors important de bien cerner la cause de l’insomnie de grossesse selon la période et la manière dont elle se manifeste.

Le premier trimestre

Le fait de mal dormir débute à partir de cette période. La raison principale s’explique par un changement au niveau physiologique. En effet, à la dixième semaine de grossesse, la progestérone commence à provoquer la somnolence en journée à cause de ses propriétés soporifiques. En contrepartie, elle dispose également d’une capacité inhibitrice qui agit sur les muscles et favorise l’envie d’uriner. Celle-ci se produit surtout la nuit, le sommeil est troublé, et il devient difficile de le retrouver. Ce besoin ne se manifeste pas qu’une seule fois, et devoir se lever trop souvent pour se soulager finit par peser. Un deuxième facteur, physique cette fois, constitue également une raison favorable aux problèmes du sommeil : il s’agit de l’apparition des nausées. 

Durant la gestation, chaque femme ressent les différents changements dans son corps de plusieurs manières, mais les haut-le-cœur représentent un point commun pour la plupart. Ils se produisent généralement au petit matin, mais peuvent également arriver à n’importe quel moment de la journée. Il devient impossible de dormir lorsqu’ils surviennent la nuit. Enfin, un dernier paramètre à considérer concerne le côté psychologique, qui joue un rôle important dans un cas d’insomnie de début de grossesse. Celui-ci résulte surtout d’une peur de l’inconnu, en cas d’anxiété pour l’avenir, et surtout en fonction du contexte dans lequel vous attendez cet enfant.

Les deuxième et troisième trimestres

Le réveil nocturne s’estompe quelque peu pendant cette période, car les transformations physiologiques et physiques ont achevé leur première phase. Cependant, l’insomnie d’une femme enceinte peut quand même revenir et perdurer à partir du quatrième mois. Comme la plupart des futures mères, vous commencez à vous dire je dors mal à cause des ronflements. 

Toutefois, si vous ne figurez pas dans la liste des anxieuses, je suis insomniaque ne sera pas la première conclusion qui vous viendra en tête. Par contre, le troisième trimestre vous ramènera rapidement à vos soucis d’insomnie de grossesse. Durant cette dernière phase en effet, les mouvements fœtaux, les crampes, les douleurs au dos ou aux jambes, entre autres, vont fortement contribuer au retour du trouble de sommeil et réveil nocturne.

 

Appliquez les solutions naturelles

Avant de vous précipiter sur des somnifères et autres médicaments supposés vous aider à vous endormir, vous devriez réfléchir à des alternatives moins radicales. Les produits chimiques pourraient en effet aller à l’encontre du développement normal de votre enfant. Pensez systématiquement je n’arrive pas à dormir “solution”, et vous trouverez toujours un moyen.

Cherchez une bonne posture

Selon la phase de grossesse, certaines positions peuvent vous mettre mal à l’aise. Testez toutes les poses possibles qui vous sembleront efficaces contre une insomnie de grossesse. Vous pourriez avoir besoin de squatter tous les coussins et oreillers de la maison, ou au contraire, vous pourriez les détester. Peu importe, vous vous trouvez dans une phase particulière, votre moitié comprendra si vous avez envie de l’envoyer dormir sur le canapé pour vous sentir bien.

Pratiquez des activités stimulantes en fonction des phases

Au lieu de vous répéter sans cesse je ne dors plus, qui aura tendance à se réaliser tel un vœu que vous récitez comme un mantra, pensez plutôt à une activité qui vous plaît. Pratiquez votre sport préféré, ne négligez pas votre profession ou vos obligations professionnelles ou ludiques. Évitez de traîner au lit si ce n’est pour dormir ou pour passer un moment torride avec votre conjoint. Vous pouvez néanmoins vous accorder une petite sieste en journée si le besoin se fait ressentir. 

S’il est impossible de dormir, que faire ? Ne broyez surtout pas du noir, à vous tourner et retourner dans votre lit. Levez-vous et trouvez quelque chose pour vous distraire quelques minutes, le temps d’occuper votre esprit à oublier que Morphée refuse de vous prendre dans ses bras. Procéder à un classement de couches bébé ou à la vérification des layettes, par exemple, vous apportera un peu de plaisir, et favorisera le retour rapide du sommeil.

Adoptez un régime alimentaire sain et adapté

La grossesse justifierait une nourriture plutôt inhabituelle. Toutefois, pour votre bien et celui de votre bébé, il est toujours préférable de prioriser une alimentation saine. L’insomnie matinale peut en effet se traduire par des repas non équilibrés et pris au mauvais moment, ou qui ne sont certainement pas adaptés à votre état. De ce fait, limitez ou éliminez les excitants (café, alcool) et les épices (piments), au profit d’un menu simple. Le soir, mangez léger pour entretenir votre estomac. Optez de préférence pour les nourritures sédatives comme les pommes de terre, les abricots ou les aliments à base de miel. Certains types d’infusions sont également favorables à l’endormissement, comme l’oranger ou le tilleul.

Privilégiez la relaxation

Cette technique peut remplacer la science de l’hypnose pour dormir sans somnifère. La pratique du yoga ou de la sophrologie vous aideront beaucoup dans cet objectif. Selon la phase de grossesse dans laquelle vous vous trouvez, de nombreux exercices sont disponibles, proposés par les spécialistes en la matière. Il vous suffit d’y mettre un peu de bonne volonté pour vous lancer, et bénéficier des bienfaits de ces activités. Pour finir, un bon bain chaud pendant quelques minutes peut aussi vous aider, notamment en cas d’insomnie en fin de grossesse.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES