Cycles du sommeil – que fait mon cerveau lorsque je dors ?

Dernière mise à jour: 01.10.22

 

Le sommeil occupe une place importante dans notre quotidien. Par ailleurs, de nombreuses études ont démontré que le sommeil comprend plusieurs stades successifs. En plus, il est particulièrement intéressant de connaître ce qui se passe dans notre cerveau à chaque cycle d’endormissement. Nous allons donc approfondir les différentes phases du sommeil pour mieux cerner ce phénomène.

 

Le sommeil léger

Le sommeil léger est la première phase de l’endormissement, elle dure environ une dizaine de minutes. Celle-ci est marquée par la diminution de l’activité cérébrale. Après avoir mis votre nuisette, dès que vous avez fermé les yeux, le cerveau engendre des ondes alpha. Ensuite, il émet des ondes dont la fréquence et l’amplitude sont réduites, ce sont les thêtas. 

D’un autre côté, la tonicité musculaire s’affaiblit lentement. Face à cela, les muscles se détendent et génèrent de petites contractions durant cette phase. Certains dormeurs ont parfois la sensation de tomber dans le vide à ce moment. D’ailleurs, il est fort probable que vous ayez déjà fait cette expérience, même si vous ne vous en souvenez peut-être pas. 

L’un des faits qui caractérisent ce cycle, c’est le mouvement des yeux en dessous des paupières. Toutefois, il disparaît complètement quand vous accédez à la seconde phase du sommeil léger qui se nomme « le sommeil confirmé ». Ce dernier est marqué par la réduction des activités musculaires et oculaires. Ces deux phases peuvent occuper jusqu’à la moitié de l’ensemble de votre sommeil pendant une nuit. En outre, il suffit d’un petit bruit ou d’un éclairage qui s’allume pour que vous vous réveilliez. Si vous aimerez avoir des précisions sur comment se mettre en ondes thêtas, il va falloir vous fier aux résultats provenant d’un hypnogramme.

Le sommeil profond

Arrivé à ce stade, vous dormez profondément et la respiration est beaucoup plus régulière. Si vous désirez définir quel rythme cardiaque durant le sommeil, sachez qu’il est dans une phase normale. Le corps reste complètement immobile et il est très difficile d’essayer de vous réveiller. Ceci s’explique par le fait que le cerveau est beaucoup plus insensible au stimulus externe. D’ailleurs, c’est la période de récupération de la fatigue accumulée pendant toute la journée étant donné que l’ensemble de l’organisme est au repos. De plus, elle marque la sécrétion de l’hormone de croissance ainsi que l’élimination des toxines.

Le cycle du sommeil profond intervient au début de la période d’endormissement et entraine le ralentissement de l’activité cérébrale qui rend le réveil beaucoup plus difficile. En plus, il favorise la synchronisation des neurones en vue de maximiser la mémorisation déclarative. C’est-à-dire que vous allez vous souvenir d’une situation et que vous aurez aussi la capacité de tout raconter plus tard. Pour aller encore plus loin, c’est à ce stade qu’apparaît souvent le somnambulisme. Quant à la durée du sommeil profond, il représente entre 20 et 25 % du sommeil total avec une amplitude horaire élevée au début.

 

Le sommeil paradoxal

Durant ce cycle dit « paradoxal », le dormeur associe des signes de sommeil profond qui sont combinés à ceux de l’éveil. Il se reconnaît aussi par le fait que l’activité cérébrale s’intensifie, tandis que les yeux font des mouvements à la fois rapides et incessants, c’est pourquoi on l’appelle le sommeil rem. Par contre, le corps semble paralysé, car la musculature est complètement détendue. C’est pendant ce cycle du sommeil que vous faites les plus longs rêves. 

De plus, on constate une accélération brusque de la respiration ainsi que du rythme cardiaque. Il faut savoir que le sommeil paradoxal occupe 20 % du sommeil total. Concernant sa durée, elle augmente au fur et à mesure que la nuit avance. Aussi, il aide à consolider les apprentissages accumulés pendant la journée. En outre, il entre en scène après environ 1 h et demie d’assoupissement.

Pour faire plus simple, la durée d’un cycle varie entre 1 à 2 heures. Cette dernière varie évidemment d’un dormeur à un autre, par contre elle ne change pas pour une même personne. Au début de l’assoupissement, le sommeil profond est beaucoup plus dominant alors qu’à la fin, c’est le sommeil paradoxal qui occupe le temps du sommeil. Cela dit, la structure de l’endormissement n’est pas figée, par ailleurs elle continue d’évoluer avec les années qui passent.

 

Alors concrètement, que se passe-t-il réellement dans le cerveau ?

Si auparavant, le cycle du sommeil n’intéressait pas vraiment les chercheurs, aujourd’hui il occupe une place importante dans de nombreuses études menées partout en France et même dans le monde. En effet, les expériences effectuées ont démontré une forme d’activité authentique du cerveau pendant l’endormissement. Durant le sommeil profond, il y a plusieurs neurones qui entrent en jeu. À ce moment, la diminution du tonus musculaire s’explique surtout par le blocage de certains composants de la moelle épinière appelés les motoneurones.

L’organisme sécrète aussi des substancÉtant donné que le sommeil occupe une place importante dans votre quotidien, vous devez mieux le cerner. Quoi de mieux que cet article contenant les informations sur les cycles du sommeil pour mieux comprendre ce domainees qui se réunissent durant la phase d’éveil afin de favoriser l’assoupissement. Il existe également des molécules qui sont responsables des signes de sommeil comme les yeux qui se piquent ou la tête qui tombe, à savoir la sérotonine.

Ceci dit, la régulation de l’endormissement est relative à un réseau de neurones particulièrement complexe qui est intégré dans différents emplacements du cerveau, notamment au niveau du tronc cérébral et de l’hypothalamus. Cela signifie donc qu’il existe plusieurs centres de veille et de sommeil, contrairement aux idées reçues.

Par conséquent, le sommeil joue un rôle essentiel dans le bien-être de chaque individu. En effet, c’est le premier responsable de la maturité et du développement cérébral. De plus, il participe à la réduction du vieillissement du cerveau. Ce n’est pas tout, car il renforce aussi la mémorisation tout en nettoyant les toxines entassées pendant la journée. Quand vous passez une bonne nuit, vous avez plus de capacité à gérer vos ressentis. Certains sentiments négatifs accumulés peuvent être supprimés après une nuit complète.

En revanche, si la qualité du sommeil est médiocre, ceci peut avoir des conséquences au niveau de l’attention et des capacités cognitives. Au niveau des yeux par exemple, les signes de fatigue sont rapidement perceptibles et seul le meilleur anti cerne pourra vous aider à les camoufler.

De plus, les émotions et les humeurs peuvent également être touchées par ce dérèglement. Si le manque de sommeil est trop répétitif, alors ceci risque d’affecter la résistance des défenses immunitaires. Cette situation ouvre d’ailleurs la voie à de nombreux problèmes de santé comme le diabète ou l’obésité ainsi que des troubles mentaux comme l’anxiété.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES